Sept chants dans un avion

Poème publié en 1972, avec des dessins de Alekos Fassianos, tirage à 300 ex.
(l'exemplaire numéroté 50/300 est enrichi d'un envoi à Matthieu Galey et signé par Yves Navarre et Alekos Fassianos)

Note du chat: merci vivement à Patrick de m'avoir envoyé ce texte rare

Chant 1


Le stylo officie
L'âge est une pomme amère
de quoi rêves-tu
le grand canoë lunaire se retournera bien un jour
et sous les pontons de bois à échardes
les enfants nus guetteront ton pas
l'enfant que tu étais peut-être
autre rivière
et l'odeur de vase édredon aquatique
sucera tous ces petits pieds
ventouses et sangsues
tu feras semblant de ne rien voir.

Chant 2

Les glaces nature de madame Chagrin
une odeur de papier frais chez la marchande de journaux
une blessure au genou gauche
tu es tombé de bicyclette
tombe tombe
et ce silex qui a déchiré ta peau
tu le dégaines de la terre
et tu le laves
tu le lisses
tu le polis
et quand la pierre est tiédie
tu la poses au creux de ton ventre
et tu attends qu'on t'appelle
pour déjeuner.

Chant 3

Etrange futur de ton passé
comme si tout cela devait arriver

demain
quand tu prends l'avion
à hauteur des ailes
tu vrombis
tu t'habilles de fer
pour mieux voir d'en haut
la terre qui se pétrit de nuit
le soleil à l'ouest
fait un point final
le fleuve qui t'emporte
porte la terre entière
et la sphère de cette rivière
n'est pas un océan
jure-le
mais le fleuve de ton enfance
où tu n'as pas osé sauter
quand tu ne savais pas encore nager.

Chant 4

Où que j'aille
je m'éloigne du même fleuve
et du même ponton
où que j'aille où
je suis la barque-prison à vie
un suicide raté
je m'en vais
puis je reviens
l'avion connait la chanson
et le train et l'autre et la vie
spectateur du fleuve de mon enfance
enfant de choeur sans culotte
sonneur de cloches
mangeur d'hosties
croqueur d'abeilles
nu
sur ma bicyclette
je tombe dans un buisson d'orties
et je trouve un silex
qui me déchire et viole
mon genou ce sexe

Chant 5

Le vent brasse les parfums
il retrousse les manches
se jette dans le lavoir de la nuit
et il nettoie tout ça
plusieurs fois il me soulève
je suis amoureux du géant.

Chant 6

Tapioca tapioca
ma famille n'est devenue qu'un sucre
un murmure
ils disent que je suis sage
ils prennent le café
après le dîner
ils
Henri récite un passage de la légende des siècles
sur le phono à manivelle
on met la polka des vers luisants
on se moque
un sucre deux sucres
il faut apprendre à aimer ce que l'on aime pas
tapioca tapioca
bah.

Chant 7

J'ai sept ans et un jour
toujours le même jour qui recommence
à la première écluse on me récupèrera
je reviendrai dans ma maison de tapioca
"il était sage pourtant cet enfant"
moi
je les observe
ma vie ne sera qu'une image fixe
au centre de la terre
ce village ma maison et le fleuve
qui pourtant a fait tout ce qu'il a pu
j'ai sept ans et un jour
toujours le même jour
je vais et je viens
le temps passe
le temps de ce jour-là
toujours le même jour.

Pour revenir à l'introduction.